Aujourd’hui, l’équipe de FabBike rencontre Julie Martin qui a travaillé au i-Lab d’Air Liquide. Les grandes entreprises se sont aussi munies de Fablabs.  Celui d’Air Liquide a pour objectif  « d’innover et d’explorer de nouveaux marchés ». Interview!

Quels sont les objectifs du lab? Pourquoi un groupe du CAC40 comme Air Liquide a t-il besoin d’un fablab?

« Try early. Fail Early. Succeed Big. » Ces mots gravés sur les murs de l’i-Lab représentent bien l’intérêt d’un groupe du CAC 40 comme Air Liquide à développer un laboratoire. Ce dernier sert à tester rapidement de nouveau business modèles sur le marché, dans l’optique de ne pas se faire « disrupter ». Il ne faut pas avoir peur de se tromper, et savoir pivoter rapidement, à la manière des startups.

Unknown

Comment la structure du fablab a t-elle aidé ton travail?

Le fait qu’il y ait très peu de hiérarchie m’a permi d’être en contact avec l’équipe en fonction des projets sur lesquels je travaillais. La réactivité y est très importante, et nous sommes en contact avec les différentes business units du groupe Air Liquide.

« Try early. Fail early. Succeed big »

On qualifie l’i-lab de « corporate Garage » , peux tu nous expliquer pourquoi?

L’idée de garage vient du fait d’essayer des prototypes rapidement, ce qui peut se faire dans une grand groupe comme Air Liquide grâce au Corporate Garage. L’i-Lab d’Air Liquide a cette particularité d’être à la fois un corporate garage et un think tank, pour développer de nouvelles idées. Un des thèmes de réflexion est par exemple « respirer dans la ville ».

Quels sont les parcours des gens qui travaillent dans l’i-lab? 

Les parcours sont très divers: l’équipe est composée de personnes de tous âges, venant d’écoles littéraires et scientifiques, des Etats-Unis ou d’Inde…

Quel genre de nouvelles méthodologies utilisez-vous? (design thinking, lean start up, innovation frugale…)

Lors des projets que j’ai abordés nous avons principalement utilisé l’innovation frugale, pour tester et mettre en place des business models.

Comment est organisé le fablab? Combien êtes-vous et comment s’organise le travail?

L’i-Lab est composé d’un vingtaine de personnes ayant des profils très variés et internationaux, des sciences sociales aux ingénieurs. Des équipes se créent sur différents projets, mais il n’y a pas de structure pyramidale fixe. Il est très facile d’interagir avec ses collègues dans une ambiance startup.

" Il ne faut pas avoir peur de se tromper, et savoir pivoter rapidement, à la manière des startups"

Quelles sont vos relations avec le reste de l’entreprise? Avec les schémas R&D traditionnels notamment?

L’i-Lab dépend directement du CRCD (Centre de Recherche et Développement), donc nous sommes en relation avec les différents chercheurs d’Air Liquide. L’i-Lab est également une structure très proche de la direction générale, ce qui nous aide à avoir un bon apperçu de la stratégie du groupe et des différentes BU.Physiquement, l’i-Lab est un lieu à part, ce qui fait son originalité et le sépare un peu du groupe. L’endroit est moderne, avec une ambiance startup propice à la réflexion et à l’innovation, ainsi qu’au contact avec le milieu entrepreneurial.

Le mot de la fin, un dernier souvenir que tu souhaiterais évoquer avec Fab Bike?

Travailler à la fois au sein d’un grand groupe et d’une petite équipe interdisciplinaire sur l’avenir a été une de mes meilleures expériences. Je vous recommande vivement de rejoindre une telle structure si vous en avez l’occasion. Bon voyage!!

 

Le site internet de l’Ilab d’Air Liquide: http://ilab.airliquide.com